Révéler le potentiel de la Zambie grâce à des investissements locaux

7 avril 2017

Skretting est le premier fabricant d’aliments aquacoles au monde à inaugurer une usine en Zambie.

La première usine d’aliments aquacoles zambienne a été construite par Skretting Afrique afin de permettre à la filière aquacole nationale en pleine croissance d’atteindre son potentiel. Cet investissement fait partie de la joint-venture 75/25 entre Skretting et African Century Foods (ACF) pour la production, la vente et la distribution d’aliments pour tilapia telle qu’annoncée l’année dernière.

En Afrique, l’aquaculture se développe très rapidement dans de nombreuses régions : l’Egypte en est le fer de lance suivie par le Nigéria ; la Zambie tire son épingle du jeu malgré un problème d’accès irrégulier à des aliments de haute qualité, explique Rob Kiers, Directeur Général de Skretting Afrique.

« Traditionnellement, la Zambie est un pays consommateur de poisson. Le gouvernement et la filière de production locale de poisson frais ont une même ambition : réduire la dépendance du pays en produits surgelés importés.

« Le pays a clairement pour objectif d’être autosuffisant ou relativement autosuffisant en poisson grâce à l’aquaculture » déclare Rob Kiers.

L’usine, qui a une capacité de 35.000 tonnes, est située à Siavonga, sur le lac Kariba, près des principales zones d’élevage de la Zambie et du Zimbabwe. Elle possède une ligne d’aliments extrudés pour tilapia et une ligne d’aliments mash pour d’autres espèces animales. Une partie de la production approvisionnera les élevages de tilapia d’ACF (Lake Harvest) et l’autre servira les pays d’Afrique du sud-est.

« Avec sa culture de consommation du poisson, ce qui n’est pas le cas dans tous les pays africains, la Zambie possède tous les caractéristiques naturelles pour être un marché aquacole stratégiquement important grâce à une disponibilité importante d’eau d’excellente qualité et des températures idéales pour élever du tilapia. Le pays cultive également beaucoup de matières premières importantes telles que le soja et le maïs.

« Les poissons et la plupart des matières premières sont disponibles par conséquent, utiliser des matières premières cultivées et transformées localement est une formidable opportunité. Ainsi, la production d’aliments aquacoles stimulera le développement et la croissance économique de la communauté locale. D’un point de vue de la durabilité, cela soutient également les objectifs de développement durable des Nations Unies » ajoute Rob Kiers.

« Des pays tels que la Zambie ont tout ce qu’il faut pour être un important producteur de nourriture pour toute la région mais un investissement local est nécessaire pour révéler ce potentiel. Nous croyons à 100 % dans le potentiel africain : nous devons le faire avec des Africains pour l’Afrique » conclut Rob Kiers.

Fermer
Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant de vous offrir un service optimal et des contenus personnalisés. En savoir plus