Couvrir la pénurie de matières premières

Face à l'augmentation constante de la population mondiale, l'aquaculture est observée avec un intérêt grandissant en tant que fournisseur de protéines capables de nourrir le monde. Parce que Skretting est le leader mondial en alimentation aquacole, nous sommes conscients d'avoir un rôle important à jouer. Selon les prévisions, la production aquacole devrait augmenter de 30 millions de tonnes, ce qui signifie un besoin supplémentaire de 45 millions de tonnes de matières premières. Mais d'où proviendront-t-elles ? Dans cette série d'articles, nous approfondissons nos activités dans ce domaine, explorant de nouveaux ingrédients et certains de nos principaux partenariats.

Partie II : Le défi de l'aquaculture à l'horizon 2050

Sources essentielles de nourriture, de revenus et de moyens de subsistance pour des millions de personnes, les produits de la mer ont une importance mondiale indéniable. Ils représentent aujourd'hui en moyenne 17 % des apports en protéines animales de l'alimentation humaine et 7 % de l'ensemble des protéines consommées. Et, pour plus de 3,2 milliards de personnes, cette source alimentaire représente plus de 20 % de l'apport moyen en protéines animales. (Source : The State of Word Fisheries and Aquaculture, FAO 2018).

Du point de vue de la santé, le poisson est une excellente source de protéines de grande qualité et faciles à digérer, il fournit également des acides gras, des vitamines et des minéraux essentiels. De ce fait, il est reconnu que, même en petites quantités, sa consommation peut avoir un impact nutritionnel positif pour les personnes de tous âges.

Puisque la demande mondiale de produits de la mer croît à un rythme sans précédent et que la production de la pêche est stable depuis longtemps, c'est à l'aquaculture qu'il incombe de fournir des volumes toujours plus importants.

Ce secteur s'en acquitte tant et si bien que la consommation humaine d'espèces d'élevage a rattrapé celle des produits de la pêche en 2014 et que cette tendance à la hausse n'a plus cessé. En vue de répondre aux besoins en produits de la mer de la population à l'horizon 2050, l'aquaculture a d'ores et déjà la capacité de continuer à se développer et plus personne ne doute que l'élevage aquacole est en passe de devenir une source de nourriture de plus en plus prépondérante à l'échelle mondiale.

Et pourtant, pour maximiser sa contribution à l'alimentation durable de 9,5 milliards d'individus, l'aquaculture doit surmonter sa dépendance à la formulation d'aliments à partir d'ingrédients marins conventionnels.

Bien que les niveaux d'incorporation dans l'alimentation aquacole aient montré une nette tendance à la baisse, à mesure que l'efficacité de  l'alimentation destinée aux élevages de poissons et de crevettes a progressé, à elle seule cette utilisation sélective ne suffit pas à assurer que les taux de  croissance requis pour l'aquaculture pourront être maintenus à long terme.

La farine et l'huile de poisson sont considérées comme les ingrédients les plus nutritifs et les plus digestibles des aliments pour poissons et crevettes d'élevage, mais les approvisionnements sont limités, parce qu'ils proviennent des pêches sauvages. Il y a également une concurrence croissante pour ces ingrédients de la part d'autres industries. Ainsi, bien que les niveaux d'incorporation dans l'alimentation aquacole aient montré une nette tendance à la baisse, à mesure que l'efficacité de l'alimentation destinée aux élevages de poissons et de crevettes a progressé, à elle seule cette utilisation sélective ne suffit pas à assurer le maintien à long terme des taux de croissance requis pour l'aquaculture. Pour soutenir le progrès continu et la rentabilité des chaînes de valeur et pour respecter des engagements plus larges en matière de sécurité alimentaire et environnementale, l'aquaculture doit avoir pour priorité de poursuivre la réduction de sa dépendance à l'égard de ces ingrédients. L'utilisation de nouvelles matières premières durables et d'ingrédients spécifiques dans les aliments aquacoles – par substitution et par échange – est justement un moyen d'y parvenir.

Prochains articles

Qu'entendons-nous par "nouveaux ingrédients" ?

Les matières premières utilisées dans les aliments aquacoles étaient traditionnellement basées sur les pêches sauvages (farine et huile de poisson) et les cultures agricoles (comme la farine de soja).

En savoir plus

La farine d'insectes fait son entrée dans la gamme d’aliments aquacoles Skretting

Depuis de nombreuses années, Skretting a accumulé des connaissances pour comprendre l'utilisation des insectes comme ingrédient dans les aliments aquacoles et maintenant, nous sommes prêts.

En savoir plus

Convertir le dioxyde de carbone en protéine pour l’alimentation aquacole

NuFrontiers a récemment lancé un projet en collaboration avec Kiverdi, une société qui transforme le CO2 en protéine pour l'alimentation aquacole au moyen d'une biotransformation des bactéries.

En savoir plus